Mendès France et le Nouvel Observateur en 1968

Le Nouvel Observateur en ligne republie jusqu’à juin prochain, ses principaux éditoriaux de 1968. On y retrouve de nombreuses mentions de Pierre Mendès France. Extraits :

On reparle aujoud’hui – il se trouve que nous sommes presque les derniers à en parler – de Pierre Mendès France. Il peut être l’homme de la situation si, d’abord, il travaille en liaison étroite avec toutes les centrales syndicales, avec les organisations d’étudiants et les comités d’action. Nous avons pour lui, et depuis toujours, l’estime que l’on sait. Ce n’est pas elle qui nous fait citer son nom. Force est simplement de reconnaître qu’il a prévu, dans la solitude, depuis dix ans, et parfois contre nous-mêmes, ce qui arrive, aujourd’hui. Il lui faut accepter des responsabilités entières. Nous savons que s’il les accepte, il sera fidèle au contrat qu’il passera avec la nation agissante et avec les jeunes qui ont réveillé la France.

Jean Daniel dans le Nouvel Observateur du 30 mai 1968.

L’appel à Mendès France
La formule du gouvernement de transition a d’autant plus de chances d’être retenue que beaucoup de gens y verront le moyen de permettre à son auteur de jouer à »nouveau un rôle de premier plan dans ce pays.
Pierre Mendès France est l’un des rares hommes politiques qui ont vu leur autorité grandir tout au long de la crise. Il est aujourd’hui l’objet de nombreuses sollicitations. Sensible à ce mouvement d’opinion, le bureau politique de la Fédération de la . gauche a décidé de prendre contact avec Pierre Mendès France pour sonder ses intentions. François Mitterrand a favorisé cette démarche, qui sera faite par Guy Mollet et René Billères.
Un certain processus semble donc engagé. Mais il se heurte à de nombreux obstacles. Le parti communiste, qui n’a jamais éprouvé beaucoup de tendresse à l’égard de Mendès France, ne lui pardonne pas le soutien moral qu’il apporte au P.S.U., c’est-à-dire au parti qui, au cours de ces derniers quinze jours, a le plus ouvertement combattu la « ligne Séguy ».

Gilles Martinet dans le Nouvel Obs du 30 mai 1968

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.