Conseils pour la composition d’histoire

Conseils méthodologiques pour la composition d’histoire

Epreuve d’Histoire du Baccalauréat, Terminales L, ES

Attention : ces conseils n’engagent pas le ministère de l’Education Nationale :

 

Le bulletin officiel de l’Education Nationale n°7 du 6 octobre 2011 régit l’épreuve d’Histoire/Géographie du Baccalauréat des classes terminales des séries économiques et sociales et littéraires (L, ES).

Les quelques considérations qui suivent ont pour objet de vous aider dans l’apprentissage de la méthode de la composition d’histoire, exercice proposé lors de cette épreuve.

La Composition

Qu’est-ce qu’une composition ?

Une composition d’Histoire ou de Géographie est une réponse correctement rédigée à un sujet donné : il s’agit également d’une démonstration visant à organiser une réflexion autour d’un fil conducteur (votre problématique).

Vos connaissances doivent donc être organisées avec méthode autour d’un plan.

Votre composition devra donc contenir des connaissances (indispensables car elles seront la « matière première » de votre devoir), une analyse et un plan.

Quelques grandes règles dans la préparation puis dans la rédaction doivent être respectées. Il y a quatre grandes étapes dans la rédaction d’une composition :

–       aborder le sujet et dégager une problématique ;

–       bâtir un plan ;

–        rédiger l’introduction et la conclusion ;

–       rédiger votre développement.

1. Aborder un sujet et dégager une problématique :

La première étape est un temps de réflexion. Cette première étape du travail répond à deux préoccupations : ne pas se tromper de sujet (s’il faut faire un choix de sujet) et ne pas commettre la pire des erreurs de la composition: le « hors-sujet ».

Il faut donc analyser le sujet :

Commencez par réfléchir pour vous imprégner de l’énoncé : la lecture, crayon en main, de tout ce qui constitue le sujet, doit être la base de départ de votre travail. L’intitulé du sujet permet au candidat de savoir ce que l’on attend de lui.

Un conseil : votre travail sur le sujet doit rester à portée de main, au brouillon, tout au long de l’épreuve pour vérifier que vous êtes toujours dans le sujet.

Il vous faut repérer les mots-clefs du sujet et les définir avec précision. Que vous apportent ces mots-clefs sur l’objet et la manière de traiter le sujet, sur les repères du sujet (barrières chronologiques et spatiales du sujet) ?

L’ordre des mots a également son importance, repérez également les mots de liaison (notamment dans les libellés binaires reliés par le mot « et ») et la ponctuation.

Avec l’ensemble de ces éléments, vous définissez le champ d’étude du sujet.

Vous devez également repérer le travail que l’on vous demande : s’agit-il d’un bilan à faire ? d’une évolution à décrire et analyser ? d’une comparaison à mener ? Cette phase est fondamentale pour la construction future de votre plan.

Au seuil de cette première étape, il vous faut maintenant dégager votre problématique en la formulant sous forme d’une ou plusieurs questions, à l’aide de tous les éléments relevés lors de l’analyse du sujet et de vos connaissances. Il vous faudra répondre à ces questions dans la composition. C’est l’idée-directrice de la Composition.

Le plan de la Composition doit permettre de répondre de manière progressive et logique à cette problématique. C’est donc la réponse à cette problématique qui doit servir de fil conducteur à votre raisonnement.

Toute problématique doit comporter la reformulation du sujet ainsi que les repères chronologiques et spatiaux de ce dernier. Vous passez ensuite à la 2e étape : l’élaboration du plan.

2. Elaborer un plan :

Bâtir un plan, c’est structurer sa pensée et élaborer une argumentation logique.

Il vous faut chercher dans vos connaissances les éléments principaux pour répondre au sujet et trier parmi tous les éléments du cours que vous avez mémorisés.

Un conseil :en cas de sujet « évolution », dessinez au brouillon une frise. Sur celle-ci, vous indiquerez : les repères chronologiques du sujet, les périodes du sujet, les dates des événements importants. Pour chacune des périodes concernées par le sujet, écrire au brouillon les grandes idées qui vous viennent à l’esprit à propos du sujet proposé. Parfois, ces périodes formulent admirablement les 2 ou 3 parties de votre plan…

Votre plan comportera 2 ou 3 grandes parties divisées elles-mêmes en 2 ou 3 sous-parties ou paragraphes.

Différents types de plans s’offrent à vous : le plan chronologique est le plus souvent utilisé car il permet de penser à tout. Les 2 ou 3 grandes parties sont délimitées par les dates charnières du sujet. Il existe aussi le plan thématique, géographique, dialectique (thèse, antithèse, synthèse).

A vous maintenant de faire le tri dans vos connaissances, de les regrouper et les hiérarchiser : quels sont les éléments importants qui peuvent constituer des grandes parties ? Quels sont les arguments à utiliser dans chaque partie ? Quels sont les exemples à mobiliser pour chaque argument ? Le plan se dessinera doucement…

La problématique et le plan détaillé seront vos guides lors de la rédaction, n’oubliez pas de les consulter régulièrement !

3. Rédiger une introduction et une conclusion

Cela se fait également au brouillon. N’oubliez jamais que ce sont des étapes importantes de votre devoir : c’est la première et la dernière impression de votre correcteur, alors soignez-les !

L’introduction c’est trois étapes fondamentales :

–        présenter le sujet et définir clairement les termes du sujet ;

–        proposer clairement votre problématique

–        annoncer le plan. Lors de cette étape, évitez le trop lourd « dans une première partie…dans une seconde partie… » 

La conclusion c’est deux étapes majeures :

–        effectuer le bilan de votre démonstration (sans refaire un second devoir à cette occasion) et répondre clairement à la problématique posée en introduction ;

–        ouvrir le sujet en formulant une nouvelle problématique sur un sujet connexe…

4. Rédiger le développement de votre composition

C’est bien évidemment l’étape finale la plus longue de votre devoir. Il s’agit de mettre au propre l’ensemble des éléments que vous avez travaillés au brouillon.

A cet égard, différentes précautions s’imposent :

–        la composition est d’abord une communication écrite avec votre correcteur : vous devez donc soigner l’expression, l’orthographe, le style et votre écriture… Préférez les phrases simples.

–        La composition est également un exercice intellectuel : vous devez donc éviter de redonner votre cours sans lien avec le sujet.

–        La phase ultime de votre composition est primordiale : vous devez relire votre copie et éliminez toutes les lourdeurs stylistiques et les fautes d’orthographe…